sexe fanfiction teen sex petite

..

Jeu de sexe adulte japonaise sex


sexe fanfiction teen sex petite







Sexes de femmes sex sur la plage

  • Modèle sexe Toulouse maman aime le sexe
  • D'abord en douceur, il se retira presque entièrement pour mieux s'enfoncer en lui avant d'accélérer la cadence, sous leurs gémissements mutuels.
  • Stiles en avait marre. Il se mit alors à bouger les doigts et à les enfoncer toujours plus loin, toujours plus vite, criant de plaisir lorsqu'il toucha sa prostate.

Sexe groupe sex jeune


Après tout, Gloria lui avait dit qu'il y avait toutes les chances du monde qu'il ne le reconnaisse pas ici, alors autant en profiter.

Le brun avait un tee-shirt noir qui était tellement ajusté que l'on pouvait voir tous ses muscles se mouvoir, et son jean Que dire de ce jean?

Quand le brun, trop occupé à danser, tourna le dos à Stiles, celui-ci ne put que profiter de la vue des fesses du brun. Et il pouvait affirmer qu'elles étaient parfaitement moulées dans ce jean étroit. C'en était beaucoup trop excitant. Sans se poser plus de questions, Stiles s'approcha du dos du brun et se mit à se déhancher de façon très explicite -surtout pour une approche préalablement voulue en douceur- mais il n'en avait que faire.

Et de toute façon, le brun ne s'était pas dégagé. C'était bon signe, non? Les musiques s'étaient enchaînées sans que Derek ne cherche à lui parler ou même à le regarder. Le brun s'était contenté de répondre à ses mouvements de bassins, puis il était parti, juste comme ça. Stiles avait arrêté tout mouvement en le suivant du regard. Il n'allait pas le laisser danser tout seul Agacé, il n'attendit pas de le perdre de vue pour le suivre.

Oui, ça faisait un peu stalkeur, mais que voulez vous? Stiles ne voulait pas rester sur sa faim, et si Derek partait maintenant, il serait affreusement frustré. Finalement, l'humain avait suivi le loup jusqu'aux toilettes, presque étonné qu'il ne parte pas du club.

Sans plus attendre, il entra dans la pièce. La musique y était étouffée et il n'y avait personne aux alentours. Stiles rentra donc dans la cabine attenante à celle où se trouvait Derek. Puis, l'hyperactif se mit à réfléchir tout en regardant le trou qui se situait au niveau de la taille sur la paroi mitoyenne.

Ne le jugez pas, il avait bu et Gloria lui avait demandé s'il s'était entraîné pour faire une pipe digne de ce nom à son beau brun. Bien sûr, Stiles avait paniqué en se rendant compte que non. Elle lui avait dit d'attendre dans les toilettes, qu'elle allait lui envoyer deux amis qui le conseilleraient et il était finalement ressorti une bonne demi-heure après, surpris d'avoir découvert qu'il était carrément doué à ce jeu-là.

Maintenant, son brun allait pouvoir profiter de son savoir-faire. Après tout, il avait dansé contre lui toute la soirée, son érection parfois pressée sur ses fesses et celui-ci ne l'avait pas repoussé. Mais en même temps, il avait compris que le loup n'avait pas réalisé que c'était lui.

Du coup, c'était un peu comme s'il profitait de lui.. En attendant une réaction de l'autre coté, Stiles déboutonna et baissa son jean à mi-cuisse avant de s'agenouiller face à la séparation troué. Ne voyant toujours pas Derek réagir, Stiles passa un doigt dans l'ouverture pour lui faire signe d'approcher. Voyant pour la première fois le sexe de l'homme qui peuplait ses rêves depuis des mois, Stiles ne put retenir un couinement fort peu viril. Puis, ne voulant pas rater cette chance, il n'attendit pas une seconde de plus pour faire glisser sa langue sur toute la longueur du loup.

Le goûter ainsi avait quelque chose d'exceptionnel pour Stiles. Il connaissait enfin son goût. Il le connaissait enfin, mais il voulait plus. Il en voulait plus et il le prit. Suçant et léchant avidement, l'humain gémissait sans honte jusqu'à ce que le sexe, qui avait grandi entre ses lèvres, l'empêche d'exprimer son plaisir, mais il s'en foutait royalement.

Dans sa cabine, il n'y avait plus que des bruits de succions qui étaient audibles. Stiles le savait, il devait être dans un état pitoyable à le sucer ainsi. Il sentait même sa salive lui couler dessus. Mais c'était si bon Profitant de tout ce gâchis de salive, Stiles y passa ses doigts, avant de descendre sa main le long de son dos et de commencer à se préparer.

Parce que, parole de Stilinski, il n'allait pas se contenter de goutter cette queue: Se préparant toujours d'une main, Stiles s'aida de la paroi pour se retenir alors qu'il prenait toujours plus profondément la queue rougie par ses attentions. L'humain était impatient et cela rendait ses gestes sûrement brusques, que ce soit en lui ou sur le loup, mais celui-ci ne semblait pas dérangé au vue des sons que Stiles entendait. Finalement, jugeant qu'il s'était assez préparé, Stiles relâcha le sexe sensible.

Ce simple fait fit gronder puissamment le loup de l'autre côté de la paroi, ce qui fit sourire le plus jeune. Qu'est-ce qu'il aimait ce son L'hyperactif pouvait même jurer entendre les griffes du loup crisser contre la cloison. Il aurait adoré les sentir sur sa peau, mais il repoussa bien vite cette pensée. Il prendrait seulement ce que la vie lui donnerait, appréciant chaque seconde pour ne pas oublier. Alors que le loup grondait toujours, l'hyperactif se leva enfin et prit la verge en main.

Puis, se tournant, il se plaça pour pouvoir enfin presser le sexe contre son entrée détendue. La voix du brun fit agrandir le sourire sur le visage de Stiles.

Il adorait l'entendre jurer, il adorait sûrement tout ce qui venait du garou, mais peu importait. Il reporta son attention sur son activité. Il ne voudrait pas la lui casser et la position n'était pas évidente Pour s'aider, Stiles posa un pied sur les WC et, ainsi placé, il put enfin pousser pour commencer à s'empaler sur le sexe dur.

Stiles soupira alors qu'il était à mi-chemin, la brûlure de la pénétration n'étant rien contre la sensation qu'il avait d'enfin se sentir Une fois complet, l'humain dut se tenir à la paroi face à lui pour ne pas tomber.

Mais aussi impatient qu'il était, il n'attendit pas de s'habituer à l'intrusion pour commencer à se mouvoir le long de la queue du loup. Et c'était tellement bon! En allant et venant ainsi sur le sexe de Derek, Stiles se sentait tout puissant. Pas qu'il se prenait pour un dieu, mais c'était lui qui choisissait son rythme: Le souffle court, il se répétait dans sa tête de ne pas se mettre à parler, ayant trop peur d'ainsi faire fuir le loup s'il prenait conscience de son identité.

Mais apparemment Derek ne voulait pas fuir. Par contre, il voulait bel et bien reprendre les mouvements. Malheureusement pour lui, l'hyperactif en avait décidé autrement.

Aujourd'hui, Alpha ou pas, c'était lui qui décidait. Fort de cette certitude, Stiles contracta ses muscles autour de la verge et il s'appliqua à lui prodiguer une sorte de massage sans pour autant bouger de place. Cela parut marcher puisque le loup ne bougea plus d'un iota, tandis que son souffle se saccadait.

Puis, finalement, Stiles n'y tenant plus, il reprit lentement ses mouvements. Cependant, derrière la cloison, il sentit que Derek s'impatientait en recommençant à bouger. La surprise de l'humain et le désaccord de leurs mouvements les fit se séparer. Stiles, agacé de ne plus l'avoir en lui, voulut râler mais il se stoppa net en entendant la voix de Derek qui était tout simplement méconnaissable:.

Stiles cligna bêtement des yeux en regardant la séparation. Il n'avait pas rêvé? Derek était sur le point de le supplier là? L'humain n'aurait jamais cru voir Il en était tellement scotché, qu'il resta un long moment ainsi à cligner bêtement des yeux.

Ce fut le geignement plaintif du loup qui ressemblait fortement à un jappement triste si vous demandez à Stiles , qui réveilla l'humain de sa transe. Ce son le rendit tout chose Mais comme il avait eu la bonne idée de coucher avec lui via glory hole, il ne pouvait pas! Retenant un soupir dépité, il passa doucement une main sur le sexe palpitant avant de retourner à sa place dans un duo de soupirs. Après toutes ces émotions, Stiles ne voulait plus prendre son temps et il reprit ses mouvements, moins amples cette fois, et beaucoup plus rapides.

Dieux que c'est bon , pensa-t-il, toujours appuyé sur le mur face à lui. Gémissant sans honte, il détacha une main de la cloison pour prendre son propre sexe et commencer à se masturber. Puis ce fut en se mouvant toujours sur lui qu'il le sentit: Stiles tourna la tête pour voir s'il n'avait pas rêvé, et de toutes évidences non. Comprenez par là que la base du sexe de Derek venait de doubler de volume, comme gonfle le sexe d'un loup.

Mais rien n'y faisait, même si Stiles avait dégluti à cette vue grandissante, il le voulait. Oh oui, il le voulait. Il le remplissait et appuyait délicieusement contre sa prostate.

Coincé ainsi, Stiles sentait Derek bouger compulsivement alors que le liquide chaud se rependait en lui, le remplissant encore et encore. Tout cela combiné, l'humain n'eut aucunement besoin de se toucher pour jouir. Toujours bloqué sur le sexe palpitant du loup, l'humain se répandait à son tour sur le sol des toilettes du jungle.

Après cet intense moment, Stiles ne savait pas vraiment par quel miracle il ne s'écroulait pas à même le sol. Après ce qu'ils venaient de faire, ça aurait été normal. Lorsque cette pensée fugace traversa l'esprit de Stiles, elle dissipa toute la brume qui l'entourait. Il avait lu assez de choses sur les loups-garous pour savoir ce que signifiait ce qu'ils venaient de faire. Car la première chose que l'on apprenait lorsqu'on entrait en fac, c'était que le café, c'est sacré.

Stiles s'en fichait royalement, lui. A moitié affalé sur la dernière rangée de bancs de l'amphithéâtre, il regardait distraitement Lydia, debout près de lui, essayant de donner son opinion à qui pouvait l'entendre. Scott lui lançait des regards désespérés tandis que Kira s'était visiblement endormie sur son épaule, à l'autre bout de la rangée.

Lorsque le portable de Stiles se mit à vibrer dans sa poche, il s'en empara non sans soulagement. C'est marrant que tu m'appelles maintenant, j'étais justement en train de penser à toi. Enfin, c'est pas comme si je ne pensais jamais à toi en temps normal, au contraire! Mais là je me disais qu'il fallait que je t'appelle et finalement, c'est toi qui l'as fait.

On n'aurait pas une espèce de connexion spirituelle, tous les deux? Ou quelque chose dans le genre? On est parti sur le sujet du café, j'en ai encore pour au moins une heure. Mais ne t'inquiète pas mon loup, j'ai pas oublié notre petite soirée. Mais qu'est-ce que je rate d'autre, Miguel?

Stiles sentit son visage s'enflammer. Derek savait parfaitement comment l'exciter avec sa voix grave et ses paroles licencieuses. Il n'en fallait généralement pas plus au jeune homme pour perdre toute pensée cohérente.

Seulement là, il ne répondit rien et tourna la tête à sa gauche, le regard horrifié. Sans plus d'explications, Derek raccrocha, laissant Stiles perplexe. Scott s'était tourné une nouvelle fois vers lui en l'interrogeant du regard. Il traversa discrètement la rangée et s'éclipsa de l'amphithéâtre. Dix minutes plus tard, Stiles était devant l'entrée d'un vieux bâtiment universitaire condamné depuis des années. C'était le bâtiment le plus éloigné de là où il était habituellement et il supposa que la distance entre Scott, son ouïe fine, et lui-même, était assez suffisante.

Quelque chose lui dit que Derek ne souhaitait pas que le vrai alpha entende leur conversation à venir. Euh, je suis dans la zone de l'ancien bâtiment de bio, tu sais…. Il se passe quoi, Derek? Tu me fais peur, là! Le sang de Stiles ne fit qu'un tour et sa fréquence cardiaque passa de 80 à sans interstices et il songea que Derek finirait par le tuer, à ce rythme.

Il longea alors les murs vieillis par le temps, à la recherche d'une quelconque entrée. Ils en avaient expérimenté, des choses, depuis ces deux dernières années. Derek s'avérait être complètement insatiable et tout était prétexte pour que Stiles se retrouve nu et gémissant sous ses assauts.

Mais le sexe par téléphone, ça, c'était une grande première. Il s'était carrément mis à courir pour faire le tour du bâtiment et trouver un quelconque moyen d'y entrer. Quelques minutes plus tard, il parvint à escalader une fenêtre aux carreaux cassés et atterrit dans une vieille salle de cours. L'endroit était glauque, froid et plongé dans la pénombre. Mais Stiles ne s'en formalisa pas et se laissa glisser contre le mur sous la fenêtre, reportant le smartphone à son oreille d'une main, essayant de déboutonner le plus rapidement possible son jeans de l'autre.

S'il avait pu, Stiles aurait éclaté de rire. Pas besoin d'imaginer ça pour avoir la trique. Le plus jeune était déjà condamné dès lors que Derek lui avait dit qu'il avait envie de lui. Cependant, il ne protesta pas et obéit, faisant glisser ses doigts froids sur son ventre. A ce contact, il réprima à peine un grognement d'inconfort et n'eut aucun mal à deviner un Derek satisfait au sourire carnassier à l'autre bout du fil. Le susnommé se mordit la lèvre inférieure en remontant sa main et en allant titiller ses tétons qui durcirent presque instantanément.

Stiles se cambra légèrement en laissant reposer sa tête contre le mur. Il ferma les yeux et continua ses caresses sur sa chair sensible, son sweat à moitié remonté sur lui.

Le froid le faisait frissonner, tout comme ses doigts qu'il imagina bien vite remplacés par la langue de son petit-ami, allant et venant sur ses abdos fins, marquant sa peau blanche avec des suçons violacés, griffant doucement ses flancs et mordillant ses tétons avec délectation.

Stiles nota que le souffle de sa voix s'était fait plus court. Penser que Derek se caressait lui aussi à l'autre bout du fil le fit haleter et il laissa enfin échapper un gémissement faiblard, s'abandonnant lentement dans les affres d'un plaisir à demi solitaire. Stiles ne se fit pas prier et porta la main à sa braguette qu'il fit descendre avec empressement, avant de l'enfouir dans son boxer, gémissant cette fois un peu plus fort.

Stiles pesta pour la forme, mais s'empressa d'obéir au loup. Il enroula ses doigts autour de sa hampe et se masturba en rythme avec les grognements qui lui parvenaient à l'autre bout du téléphone. Stiles sentait son sexe pulser contre sa paume, qu'il lubrifia inconsciemment avec les quelques gouttes de liquide séminal qui suintaient entre ses doigts. Son bassin suivait paresseusement la cadence et son attention était focalisée sur la respiration saccadée de Derek, qui laissa échapper un gémissement absolument indécent.

Stiles s'en mordit violemment les lèvres en stoppant sa main, au bord de la rupture. Stiles tressaillit en reconnaissant la voix beaucoup plus gutturale du loup. Il posa son portable près de lui en activant le haut-parleur, priant vaguement pour que personne ne le surprenne.

Alors qu'il se déshabillait aussi vite que possible, Derek poursuivit:. Stiles allait machinalement reposer sa main sur sa hampe délaissée mais Derek anticipa son geste et grogna. Frustré, le plus jeune eut une lueur de malice qui traversa son regard. Il allongea son buste sur le sol froid et poussiéreux, posant sa tête juste à côté du téléphone, pour que Derek ne perdre rien de ce qui allait suivre. Il porta un index à sa bouche et le lécha bruyamment avant de faire subir le même sort à son majeur, laissant sa voix accompagner de manière absolument indécente les bruits de succion.

Son petit manège eut visiblement l'effet escompté à l'entente de Derek qui s'était mis à jurer entre ses dents et à haleter un peu plus fort. Quand Stiles décida que ses doigts étaient assez lubrifiés et qu'il avait surtout assez torturé son amant , il se contorsionna juste assez pour que sa main vienne titiller son intimité, avant d'y introduire doucement l'index.

Se redressant sur le coude de son bras libre, il posa son front sur son avant-bras et entama un lent va-et-vient. Le plus jeune s'en réjouit avec tout autant d'insolence. Il gémit plus fort lorsque son majeur rejoignit le premier doigt et s'accorda un instant de répit pour s'y habituer. Haletant et en sueur, il ne sentait même plus le froid ambiant étreindre sa peau nue. Il se mit alors à bouger les doigts et à les enfoncer toujours plus loin, toujours plus vite, criant de plaisir lorsqu'il toucha sa prostate.

Il plongea son regard noisette dans les yeux bleu-vert de son amant qui esquissa un sourire railleur. Stiles se sentit tout à coup gêné d'être vu dans cette position. Par téléphone c'était une chose, mais là….

sexe fanfiction teen sex petite

Sexe bretagne sexe intentions


Apparemment, il aimait vraiment danser. Mais ce ne fut pas ce fait qui perturba le plus Stiles. Ce qui le surprit fut que le loup-garou, malgré ses sens normalement aiguisés, semblait ne pas l'avoir senti approcher. L'humain en était même sûr, puisqu'il ne voyait aucun froncement de sourcils sur le visage de son aîné.

Ce simple fait lui fit lui-même froncer les sourcils, mais d'un haussement d'épaules il mit cela de côté. Après tout, Gloria lui avait dit qu'il y avait toutes les chances du monde qu'il ne le reconnaisse pas ici, alors autant en profiter. Le brun avait un tee-shirt noir qui était tellement ajusté que l'on pouvait voir tous ses muscles se mouvoir, et son jean Que dire de ce jean?

Quand le brun, trop occupé à danser, tourna le dos à Stiles, celui-ci ne put que profiter de la vue des fesses du brun. Et il pouvait affirmer qu'elles étaient parfaitement moulées dans ce jean étroit. C'en était beaucoup trop excitant.

Sans se poser plus de questions, Stiles s'approcha du dos du brun et se mit à se déhancher de façon très explicite -surtout pour une approche préalablement voulue en douceur- mais il n'en avait que faire.

Et de toute façon, le brun ne s'était pas dégagé. C'était bon signe, non? Les musiques s'étaient enchaînées sans que Derek ne cherche à lui parler ou même à le regarder. Le brun s'était contenté de répondre à ses mouvements de bassins, puis il était parti, juste comme ça.

Stiles avait arrêté tout mouvement en le suivant du regard. Il n'allait pas le laisser danser tout seul Agacé, il n'attendit pas de le perdre de vue pour le suivre. Oui, ça faisait un peu stalkeur, mais que voulez vous? Stiles ne voulait pas rester sur sa faim, et si Derek partait maintenant, il serait affreusement frustré. Finalement, l'humain avait suivi le loup jusqu'aux toilettes, presque étonné qu'il ne parte pas du club. Sans plus attendre, il entra dans la pièce.

La musique y était étouffée et il n'y avait personne aux alentours. Stiles rentra donc dans la cabine attenante à celle où se trouvait Derek. Puis, l'hyperactif se mit à réfléchir tout en regardant le trou qui se situait au niveau de la taille sur la paroi mitoyenne. Ne le jugez pas, il avait bu et Gloria lui avait demandé s'il s'était entraîné pour faire une pipe digne de ce nom à son beau brun. Bien sûr, Stiles avait paniqué en se rendant compte que non.

Elle lui avait dit d'attendre dans les toilettes, qu'elle allait lui envoyer deux amis qui le conseilleraient et il était finalement ressorti une bonne demi-heure après, surpris d'avoir découvert qu'il était carrément doué à ce jeu-là. Maintenant, son brun allait pouvoir profiter de son savoir-faire. Après tout, il avait dansé contre lui toute la soirée, son érection parfois pressée sur ses fesses et celui-ci ne l'avait pas repoussé. Mais en même temps, il avait compris que le loup n'avait pas réalisé que c'était lui.

Du coup, c'était un peu comme s'il profitait de lui.. En attendant une réaction de l'autre coté, Stiles déboutonna et baissa son jean à mi-cuisse avant de s'agenouiller face à la séparation troué. Ne voyant toujours pas Derek réagir, Stiles passa un doigt dans l'ouverture pour lui faire signe d'approcher. Voyant pour la première fois le sexe de l'homme qui peuplait ses rêves depuis des mois, Stiles ne put retenir un couinement fort peu viril. Puis, ne voulant pas rater cette chance, il n'attendit pas une seconde de plus pour faire glisser sa langue sur toute la longueur du loup.

Le goûter ainsi avait quelque chose d'exceptionnel pour Stiles. Il connaissait enfin son goût. Il le connaissait enfin, mais il voulait plus.

Il en voulait plus et il le prit. Suçant et léchant avidement, l'humain gémissait sans honte jusqu'à ce que le sexe, qui avait grandi entre ses lèvres, l'empêche d'exprimer son plaisir, mais il s'en foutait royalement.

Dans sa cabine, il n'y avait plus que des bruits de succions qui étaient audibles. Stiles le savait, il devait être dans un état pitoyable à le sucer ainsi. Il sentait même sa salive lui couler dessus.

Mais c'était si bon Profitant de tout ce gâchis de salive, Stiles y passa ses doigts, avant de descendre sa main le long de son dos et de commencer à se préparer. Parce que, parole de Stilinski, il n'allait pas se contenter de goutter cette queue: Se préparant toujours d'une main, Stiles s'aida de la paroi pour se retenir alors qu'il prenait toujours plus profondément la queue rougie par ses attentions.

L'humain était impatient et cela rendait ses gestes sûrement brusques, que ce soit en lui ou sur le loup, mais celui-ci ne semblait pas dérangé au vue des sons que Stiles entendait. Finalement, jugeant qu'il s'était assez préparé, Stiles relâcha le sexe sensible.

Ce simple fait fit gronder puissamment le loup de l'autre côté de la paroi, ce qui fit sourire le plus jeune. Qu'est-ce qu'il aimait ce son L'hyperactif pouvait même jurer entendre les griffes du loup crisser contre la cloison.

Il aurait adoré les sentir sur sa peau, mais il repoussa bien vite cette pensée. Il prendrait seulement ce que la vie lui donnerait, appréciant chaque seconde pour ne pas oublier. Alors que le loup grondait toujours, l'hyperactif se leva enfin et prit la verge en main.

Puis, se tournant, il se plaça pour pouvoir enfin presser le sexe contre son entrée détendue. La voix du brun fit agrandir le sourire sur le visage de Stiles. Il adorait l'entendre jurer, il adorait sûrement tout ce qui venait du garou, mais peu importait. Il reporta son attention sur son activité. Il ne voudrait pas la lui casser et la position n'était pas évidente Pour s'aider, Stiles posa un pied sur les WC et, ainsi placé, il put enfin pousser pour commencer à s'empaler sur le sexe dur.

Stiles soupira alors qu'il était à mi-chemin, la brûlure de la pénétration n'étant rien contre la sensation qu'il avait d'enfin se sentir Une fois complet, l'humain dut se tenir à la paroi face à lui pour ne pas tomber. Mais aussi impatient qu'il était, il n'attendit pas de s'habituer à l'intrusion pour commencer à se mouvoir le long de la queue du loup. Et c'était tellement bon!

En allant et venant ainsi sur le sexe de Derek, Stiles se sentait tout puissant. Pas qu'il se prenait pour un dieu, mais c'était lui qui choisissait son rythme: Le souffle court, il se répétait dans sa tête de ne pas se mettre à parler, ayant trop peur d'ainsi faire fuir le loup s'il prenait conscience de son identité. Mais apparemment Derek ne voulait pas fuir. Par contre, il voulait bel et bien reprendre les mouvements. Malheureusement pour lui, l'hyperactif en avait décidé autrement.

Aujourd'hui, Alpha ou pas, c'était lui qui décidait. Fort de cette certitude, Stiles contracta ses muscles autour de la verge et il s'appliqua à lui prodiguer une sorte de massage sans pour autant bouger de place. Cela parut marcher puisque le loup ne bougea plus d'un iota, tandis que son souffle se saccadait. Puis, finalement, Stiles n'y tenant plus, il reprit lentement ses mouvements. Cependant, derrière la cloison, il sentit que Derek s'impatientait en recommençant à bouger.

La surprise de l'humain et le désaccord de leurs mouvements les fit se séparer. Stiles, agacé de ne plus l'avoir en lui, voulut râler mais il se stoppa net en entendant la voix de Derek qui était tout simplement méconnaissable:.

Stiles cligna bêtement des yeux en regardant la séparation. Il n'avait pas rêvé? Derek était sur le point de le supplier là? L'humain n'aurait jamais cru voir Il en était tellement scotché, qu'il resta un long moment ainsi à cligner bêtement des yeux.

Ce fut le geignement plaintif du loup qui ressemblait fortement à un jappement triste si vous demandez à Stiles , qui réveilla l'humain de sa transe. Ce son le rendit tout chose Mais comme il avait eu la bonne idée de coucher avec lui via glory hole, il ne pouvait pas! Retenant un soupir dépité, il passa doucement une main sur le sexe palpitant avant de retourner à sa place dans un duo de soupirs.

Après toutes ces émotions, Stiles ne voulait plus prendre son temps et il reprit ses mouvements, moins amples cette fois, et beaucoup plus rapides.

Dieux que c'est bon , pensa-t-il, toujours appuyé sur le mur face à lui. Gémissant sans honte, il détacha une main de la cloison pour prendre son propre sexe et commencer à se masturber. Puis ce fut en se mouvant toujours sur lui qu'il le sentit: Stiles tourna la tête pour voir s'il n'avait pas rêvé, et de toutes évidences non.

Comprenez par là que la base du sexe de Derek venait de doubler de volume, comme gonfle le sexe d'un loup. Mais rien n'y faisait, même si Stiles avait dégluti à cette vue grandissante, il le voulait. Oh oui, il le voulait. Il le remplissait et appuyait délicieusement contre sa prostate.

Coincé ainsi, Stiles sentait Derek bouger compulsivement alors que le liquide chaud se rependait en lui, le remplissant encore et encore. Tout cela combiné, l'humain n'eut aucunement besoin de se toucher pour jouir. Penser que Derek se caressait lui aussi à l'autre bout du fil le fit haleter et il laissa enfin échapper un gémissement faiblard, s'abandonnant lentement dans les affres d'un plaisir à demi solitaire.

Stiles ne se fit pas prier et porta la main à sa braguette qu'il fit descendre avec empressement, avant de l'enfouir dans son boxer, gémissant cette fois un peu plus fort. Stiles pesta pour la forme, mais s'empressa d'obéir au loup.

Il enroula ses doigts autour de sa hampe et se masturba en rythme avec les grognements qui lui parvenaient à l'autre bout du téléphone. Stiles sentait son sexe pulser contre sa paume, qu'il lubrifia inconsciemment avec les quelques gouttes de liquide séminal qui suintaient entre ses doigts.

Son bassin suivait paresseusement la cadence et son attention était focalisée sur la respiration saccadée de Derek, qui laissa échapper un gémissement absolument indécent. Stiles s'en mordit violemment les lèvres en stoppant sa main, au bord de la rupture.

Stiles tressaillit en reconnaissant la voix beaucoup plus gutturale du loup. Il posa son portable près de lui en activant le haut-parleur, priant vaguement pour que personne ne le surprenne. Alors qu'il se déshabillait aussi vite que possible, Derek poursuivit:. Stiles allait machinalement reposer sa main sur sa hampe délaissée mais Derek anticipa son geste et grogna.

Frustré, le plus jeune eut une lueur de malice qui traversa son regard. Il allongea son buste sur le sol froid et poussiéreux, posant sa tête juste à côté du téléphone, pour que Derek ne perdre rien de ce qui allait suivre. Il porta un index à sa bouche et le lécha bruyamment avant de faire subir le même sort à son majeur, laissant sa voix accompagner de manière absolument indécente les bruits de succion. Son petit manège eut visiblement l'effet escompté à l'entente de Derek qui s'était mis à jurer entre ses dents et à haleter un peu plus fort.

Quand Stiles décida que ses doigts étaient assez lubrifiés et qu'il avait surtout assez torturé son amant , il se contorsionna juste assez pour que sa main vienne titiller son intimité, avant d'y introduire doucement l'index.

Se redressant sur le coude de son bras libre, il posa son front sur son avant-bras et entama un lent va-et-vient. Le plus jeune s'en réjouit avec tout autant d'insolence. Il gémit plus fort lorsque son majeur rejoignit le premier doigt et s'accorda un instant de répit pour s'y habituer. Haletant et en sueur, il ne sentait même plus le froid ambiant étreindre sa peau nue. Il se mit alors à bouger les doigts et à les enfoncer toujours plus loin, toujours plus vite, criant de plaisir lorsqu'il toucha sa prostate.

Il plongea son regard noisette dans les yeux bleu-vert de son amant qui esquissa un sourire railleur. Stiles se sentit tout à coup gêné d'être vu dans cette position. Par téléphone c'était une chose, mais là…. Derek ne répondit rien, se contentant d'éteindre son portable et de le ranger dans la poche de sa veste en cuir. Il s'avança vers Stiles et l'aida à se relever. A peine l'étudiant avait-il eu le temps de se redresser que Derek l'empoigna par le cou et le plaqua rudement contre le mur, lui volant le souffle de la plus belle des façons.

Stiles ouvrit instinctivement la bouche, laissant son petit-ami y glisser la langue pour aller caresser la sienne. Le loup colla son bassin contre celui de Stiles, qui grimaça légèrement en sentant sa peau nue frotter contre le tissu rêche du jeans. Derek libéra ses lèvres et descendit dans son cou pour venir sucer et mordiller la chair tendre, y laissant une jolie trace violacée. Stiles en profita pour déboutonner en vitesse le jeans de son compagnon et libérer ainsi sa virilité, sans doute aussi dure que la sienne.

Il se mit d'ailleurs à les masturber ensemble, arrachant une plainte au plus vieux. Le loup vint prendre une nouvelle fois possession de ses lèvres tout en l'attrapant par les hanches pour le soulever. Stiles crocheta ses jambes autour de sa taille, sans jamais rompre le contact de leurs baisers. Derek porta Stiles jusqu'à une vieille table non loin d'eux et l'y allongea, tirant sur ses hanches pour l'amener contre lui.

D'une main, il attrapa le sexe du plus jeune et le caressa tout en se penchant sur lui et en faisant passer sa langue sur ses bourses. Stiles ne put retenir un coup de rein et gémit fort, une main perdue dans les cheveux de son loup.

Il sentit l'autre sourire contre sa peau sensible avant qu'il n'engloutisse sa verge jusqu'à la garde, arrachant un cri de pure extase à Stiles qui se dandinait sous Derek. Ce dernier suça et lécha avec application et lenteur absolument frustrante.

Stiles avait agrippé ses deux mains dans les cheveux du brun et se cambrait sous ses caresses intimes, se mordant la lèvre inférieure pour étouffer ses cris et tenter de ne pas jouir alors qu'il sentait un doigt, puis deux, puis un troisième entrer en lui et le masser, toujours avec cette atroce lenteur.

Stiles baissa les yeux et ne put retenir un sanglot tant la frustration était forte. Voir Derek sur lui, ses lèvres sur son sexe, allant et venant sur lui et en lui, avec cette putain de lenteur de merde … Se retenant de jouir depuis bien trop longtemps… Il allait devenir complètement maboul, à ce rythme.

L'homme cessa ses caresses et retira les doigts de son intimité, faisant un peu plus gémir de frustration son amant, si c'était possible. Il le tira par les bras pour le redresser sur la table. Stiles réajusta la position de ses jambes autour de sa taille et Derek, tout en l'embrassant avec douceur, le pénétra lentement jusqu'à ce que ses fesses soient collées contre lui. Derek s'écarta légèrement et plongea une nouvelle fois son regard dans celui de la prunelle de ses yeux. Derek sourit et bon sang, qu'est-ce que Stiles l'aimait, ce sourire…!

D'abord en douceur, il se retira presque entièrement pour mieux s'enfoncer en lui avant d'accélérer la cadence, sous leurs gémissements mutuels. Lorsque Derek percuta la petite boule de nerfs, Stiles ne retint pas son hurlement de plaisir et finit par se libérer entre leurs ventres.

Derek ne tarda pas à le suivre, expirant un râle de plaisir et s'agrippant aux hanches de son amant tellement fort qu'il lui laisserait de belles marques rouges pour plusieurs jours. Monsieur fait son affaire et me jette comme un vieux chiffon après?

Merde, merde, merde… Je peux pas sortir comme ça! Il le retira et se félicita d'avoir enfilé un t-shirt en dessous, le matin-même. D'un geste rapide, il récupéra le reste de ses vêtements abandonnés à même le sol et se rhabilla. Stiles se mordit furieusement la lèvre à cette promesse et attrapa son amoureux par la nuque pour l'attirer à lui et l'embrasser fiévreusement. Il sortit d'un pas léger du vieux bâtiment, non sans manquer de trébucher par deux fois, et rejoignit au pas de course les étudiants de sa promo.

Ce qu'il ne savait pas et ne sut jamais, c'était que le bâtiment de bio était assez prés du leur pour que Scott et sa super ouïe soient témoins de leurs ébats. En espérant que ce petit délire vous a plu. Désolée pour les coquilles orthographiques s'il y en a et il doit y en avoir! Bien qu'il n'ait rien à voir avec ma fic en cours, HOLD ON , c'était aussi un prétexte pour vous faire patienter avant la sortie du chapitre C 'est la première fois que je m'essaie à un pwp Sterek et à du phone sex, j'espère que ça n'a pas été trop dramatique.

Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community. TV Shows Teen Wolf. Stiles entendit le loup soupirer à l'autre bout du fil. Après tout, Stiles avait promis à son petit-ami d'arriver plus tôt. Stiles échangea un regard désolé avec Scott, qui sourit en grimaçant, clairement embarrassé. Je te tiens au courant! Tu es où exactement?

sexe fanfiction teen sex petite