mamie sexe texte sexe

..

X sexe sexe francaise

Je ne sais pas mettre ma chaudière en marche et mon chauffagiste est parti pour la semaine Il faut bien vous habiller Sans maquillage, les joues rosies par la réaction bien naturelle du froid et chaud.

Ses vêtements épais lui donne une silhouette un peu forte. Nous nous étions déjà rencontrés quelques fois dans diverses boutiques. Cette pluie et ce froid sont arrivés sans prévenir Je veux bien accepter votre aide mais je ne voudrais pas vous déranger Nous entrons par le garage au fond duquel se trouve le local de la chaudière. Elle est un peu vieille mais elle sert que pour le chauffage. Vous en prendrez bien une tasse Avec ce temps ça réchauffe Avec Yvonne, nous conversons tout en buvant notre café.

Mais plus le temps passait, plus la solitude lui pesait Elle avait remplacée sa grosse robe par une blouse plus légère, plus courte, de couleur claire, boutonnée sur le devant. Elle avait chaussées des pantoufles. Ses cheveux bruns grisonnants, coupés courts et légèrement frisés, lui couvraient les oreilles et la nuque.

Une veste en laine complétait son habillement Je commence par purger les radiateurs de la cuisine. Alors que je suis géné, elle ne semble pas particulièrement troublée Dévissant et revissant la purge, mon regard se tourne souvent vers cet entre jambes si bien exposé Dans la troisième chambre, Yvonne va changer sa serpillière mouillée contre une plus sèche.

La température commençant à s'éléver dans la maison, elle avait quittée sa veste Toujours de la même façon: Accroupie, tête baissée, me faisant face, ses cuisses largement écartées A travers la toison brune et très fournie de sa vulve, je vois la chair rosée de ses petites lèvres. Cela me conforte dans mon impression que cette femme a des tendances exhibitionnistes Depuis que vous avez commencé, je repense à cette époque Je ne peux rester insensible à de tels arguments.

Un matin chez ma grand-mère - Texte complet Auteur: Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de ce texte, toute modification du texte doit être distribuée sous licence identique.

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'. A l'époque où me sont arrivées les péripéties que je vais vous conter, les tabous étaient nombreux, on ne parlait pas beaucoup des choses du sexe, et pourtant, à l'ombre des familles, et dans le secret, il se passait par exemple ceci:.

Tout d'abord il faut que je vous dise que mon entourage se limitait à ma mère: Et pourtant cela ne passait pas, au contraire je me rendis compte bien vite qu'en le tâtant il durcissait plus encore, et même que j'en tirais un certain plaisir.

C'est à ce moment-là que papa entra dans ma chambre pour me réveiller, il fallait aller à l'école, je n'avais pas entendu la porte s'ouvrir tellement j'étais occupé à me toucher ; j'avais même poussé le drap et la couverture sur mes pieds pour mieux voir alors mon père vit tout de suite ce que je faisais même si j'avais essayé de me cacher.

Il s'est approché et il m'a dit que c'était tout à fait normal, malgré tout je lui demandais si lui aussi était comme ça le matin. Il resta un moment silencieux et me dit: Quelques temps après, j'étais allé dormir chez mes grands-parents parce que ma chambre avait été inondée à la suite de grosses pluies et il fallait la remettre en état, et un matin je me réveillais un peu plus tôt que d'habitude, sans doute que j'avais entendu partir mon grand-père, il partait assez tôt pour aller travailler mais je restais dans mon lit car j'attendais toujours qu'on vienne me réveiller et surtout que je voyais à travers les volets qu'il faisait encore nuit.

J'essayais de me rendormir mais quelques instants après j'entendis des pas s'approcher de la chambre où je dormais, et la porte s'ouvrit doucement.

Je vis ma grand-mère entrer et venir vers mon lit, à la petite lueur de l'ampoule du couloir qui était restée allumée je vis qu'elle portait une nuisette, ou une chemise de nuit, je ne sais plus mais qui laissait bien voir ses seins assez volumineux d'ailleurs et qui pendaient un peu, et j'apercevais ses longues jambes ainsi qu'un petit ventre avec dessous un endroit sombre que je ne distinguais pas bien pour l'instant mais que je découvris bien vite lorsqu'elle s'assit au bord de mon lit en remontant le fin tissu, elle ne portait rien dessous et la tâche sombre que j'avais remarquée était une grosse touffe de poils qui recouvraient son sexe, je n'en avais encore jamais vu et mes yeux restaient posés dessus.

Ma grand-mère sourit et me dit:. Tu ne dors plus? En disant cela elle posait la main sur mon zizi qui était encore caché par le drap mais qui avait tout d'un coup durci et était maintenant bien droit, elle sourit davantage et me dit:. Et en même temps elle descendit le drap et vit que je n'avais qu'un petit slip ;. Elle se mit à rire franchement, mais c'est ça que je veux, je veux voir mon petit-fils tout nu,. Et elle saisit l'élastique et me retira d'un coup mon slip, puis saisit mon zizi qui durcit encore un peu plus, elle le garda comme ça en le regardant et commença à le caresser davantage en faisant même aller sa main sur toute la longueur, comme je faisais moi aussi lorsque j'étais seul, et me dit:.

Alors elle prit ma main et l'amena jusqu'à son sexe et l'appuya sur tous ces poils que j'avais vus, je sentis que c'était tout chaud et en faisant bouger mes doigts, je m'aperçus qu'il y avait une fente bien cachée sous la touffe noire. C'était vraiment doux et aussi un peu mouillé, mamie faisait alors aller ma main tout le long de la fente et s'attardait à un endroit que je ne connaissais pas encore, cela faisait comme une petite bosse et lorsque mes doigts passaient dessus elle gémissait, je lui ai demandé:.

Au bout de quelques instants ses gémissements augmentèrent et en même temps qu'elle poussa un petit cri je sentis tout son corps trembler, elle venait de jouir mais je ne le savais pas encore vu mon petit âge Alors après elle me dit:.



mamie sexe texte sexe

.


Alors après elle me dit:. Et en disant cela elle approcha son visage et mit d'un seul coup mon zizi dans sa bouche, et puis elle a fait comme avec une sucette, elle mit des petits coups dessus avec sa langue, et puis tout le long, et même aussi sur les petits boules en dessous, elle me suçait aussi tout le zizi comme un bonbon, elle prenait toute la longueur dans sa bouche et je n'avais jamais senti mon petit sexe aussi dur, au bout d'un moment je me mis aussi à trembler de tout mon corps comme ma mamie tout à l'heure, j'avais joui aussi mais rien n'était encore sorti, je m'aperçus plus tard qu'après cela il sortait un liquide blanc.

Ma grand-mère sortit alors mon zizi de sa bouche et me regardait en souriant lorsque la porte s'ouvrit et je vis papa entrer dans la chambre Il s'est approché en riant et il a dit à ma grand-mère:. Et en disant cela il défaisait la ceinture de son pantalon qui tomba à terre et dans le même geste il descendit aussi son slip et son sexe jaillit, il était tout dur et tout raide et il me paraissait énorme, bien plus gros que le mien évidemment, il mit sa main droite sur le ventre de mémé pendant qu'avec l'autre il lui baissait la tête sur le lit.

Il la tenait des deux mains par le bassin et rentrait et sortait son sexe de plus en plus fort, il soufflait bruyamment et disait:.

Et d'un coup après quelques instants il resta enfoncé en elle en ayant de gros soubresauts, je compris plus tard qu'il avait joui au fond de son vagin et qu'il lui avait envoyé plusieurs gros jets de sperme.

Et là il est parti, et du coup ma grand-mère a redescendu sa nuisette et m'a remis mon slip avant de remonter le drap sur moi en me disant:.

Quelques temps après ce jour-là, toute la maisonnée fut surprise d'apprendre que ma grand-mère allait avoir un bébé, elle était enceinte Si vous avez aimé ce texte, remerciez lapin13, c'est une motivation pour continuer d'écrire:.

Gardez à l'esprit que toutes les situations décrites dans ce texte ne sont que des fantasmes. Avoir des relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans est un délit voire un crime passible de nombreuses années de prison en France et dans la plupart des pays du monde. Un matin chez ma grand-mère par lapin13 Texte complet. A l'époque où me sont arrivées les péripéties que je vais vous conter, les tabous étaient nombreux, on ne parlait pas beaucoup des choses du sexe, et pourtant, à l'ombre des familles, et dans le secret, il se passait par exemple ceci: Ma grand-mère sourit et me dit: En disant cela elle posait la main sur mon zizi qui était encore caché par le drap mais qui avait tout d'un coup durci et était maintenant bien droit, elle sourit davantage et me dit: Elle se mit à rire franchement, mais c'est ça que je veux, je veux voir mon petit-fils tout nu, Et elle saisit l'élastique et me retira d'un coup mon slip, puis saisit mon zizi qui durcit encore un peu plus, elle le garda comme ça en le regardant et commença à le caresser davantage en faisant même aller sa main sur toute la longueur, comme je faisais moi aussi lorsque j'étais seul, et me dit: C'était vraiment doux et aussi un peu mouillé, mamie faisait alors aller ma main tout le long de la fente et s'attardait à un endroit que je ne connaissais pas encore, cela faisait comme une petite bosse et lorsque mes doigts passaient dessus elle gémissait, je lui ai demandé: Alors après elle me dit: Après cela, il me dit: Et là il est parti, et du coup ma grand-mère a redescendu sa nuisette et m'a remis mon slip avant de remonter le drap sur moi en me disant: Ce récit aura bientôt une suite Si vous avez aimé ce texte, remerciez lapin13, c'est une motivation pour continuer d'écrire: Seuls les noms des personnes et des lieux sont changés.

Bien souvent, le matin, sitôt le jour levé, je prends mon vélo et je vais sillonner les rues de la ville. La mi septembre est passée depuis quelques jours quand le beau temps a viré à la pluie et au froid.

Ce changement climatique entraîne une fraîcheur désagréable à supporter. Pendant que son employée sert, le patron accueille les premier e s client e s par un bonjour et un mot gentil pour chacun e Cette fraîcheur soudaine commence à rentrer dans la maison Je ne sais pas mettre ma chaudière en marche et mon chauffagiste est parti pour la semaine Il faut bien vous habiller Sans maquillage, les joues rosies par la réaction bien naturelle du froid et chaud.

Ses vêtements épais lui donne une silhouette un peu forte. Nous nous étions déjà rencontrés quelques fois dans diverses boutiques. Cette pluie et ce froid sont arrivés sans prévenir Je veux bien accepter votre aide mais je ne voudrais pas vous déranger Nous entrons par le garage au fond duquel se trouve le local de la chaudière. Elle est un peu vieille mais elle sert que pour le chauffage. Vous en prendrez bien une tasse Avec ce temps ça réchauffe Avec Yvonne, nous conversons tout en buvant notre café.

Mais plus le temps passait, plus la solitude lui pesait Elle avait remplacée sa grosse robe par une blouse plus légère, plus courte, de couleur claire, boutonnée sur le devant. Elle avait chaussées des pantoufles. Ses cheveux bruns grisonnants, coupés courts et légèrement frisés, lui couvraient les oreilles et la nuque.

Une veste en laine complétait son habillement Je commence par purger les radiateurs de la cuisine. Alors que je suis géné, elle ne semble pas particulièrement troublée Dévissant et revissant la purge, mon regard se tourne souvent vers cet entre jambes si bien exposé Dans la troisième chambre, Yvonne va changer sa serpillière mouillée contre une plus sèche.

La température commençant à s'éléver dans la maison, elle avait quittée sa veste